Feuilleton de l'été

La piscine orgasmique de l’hôtel

Les retrouvailles d’après vacances sont toujours des moments intenses. L’absence sur les beaux jours est la plus dure à gérer, c’est celle où on aimerait être avec lui mais c’est aussi le temps de la famille et il est bien légitime.

Alors que tout s’égrène toujours trop vite à mon goût, mon espace temporel estival m’a semblé quant à lui être totalement englué. Les minutes furent des heures et les heures des gouffres dans lesquels je me suis sentie tomber sans jamais arriver à toucher le fond.

Alors quand il fut à nouveau disponible, une petite révolution intérieure se joua en moi. Un feu d’artifice de sensations qui étaient en sommeil et qui soudain se mirent à pétiller et à me piquer l’épiderme. L’attente est un poison lent qui gagne du terrain chaque jour un peu plus en vous laissant croire que tout va bien alors que le mal vous ronge de l’intérieur. C’est pernicieux et persistant et je déteste me sentir empoisonnée.

Pour fêter cet événement que j’avais entouré d’un rond rouge sur mon calendrier, il avait réservé un hôtel à un des bouts de Paris.  Une 5 étoiles comme il les aimait ou il y avait une belle surprise pour moi.

Moi ma belle surprise c’était son corps et sa chaleur que j’avais hâte de retrouver. Je me voyais déjà passer ma main dans ses poils et me délecter de leur douceur. Mon tapis charnel dans lequel j’avais envie de me rouler sans discontinuer et qui m’avait beaucoup trop manqué. Je suis sentimentale que voulez vous et totalement fétichiste de ses poils.

Il m’avait dit de ne pas oublier mon maillot de bain et j’en déduisis donc que nous pourrions nous baigner ou faire un Spa.

Je me souvins qu’un jour je lui avait dit que je ne m’étais jamais baignée avec lui et que je le regrettais. Je voyais cet acte plutôt banal pour l’ensemble des mortels comme une communion de nos deux corps . Tout me semblait beau à vivre avec lui sans doute parce que je ne pouvais le faire que de façon décousue et limitée dans le temps.

Le jour J je ne tenais plus en place, et quand j’émergeais du métro j’étais fébrile. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si la magie serait toujours au rendez vous. Je crois à la magie des âmes et aux danses vaudou de l’amour. Je suis une néo punk aux envies baba-cool, peut être même une sorcière allez savoir.

C’est toujours une épreuve pour moi cette relation particulière, elle est si intense qu’il est difficile d’y imprimer une normalité. Mais c’est peut être cette conjoncture exceptionnelle qui lui donne ce caractère si unique

Le premier baiser dissipa les quelques nuages de ma nostalgie intérieure, l’hôtel est juste magnifique. Calme, grand et avec une jolie salle de bain. Le désir bien là et je le vois pointer vers moi très ardemment.

Une des meilleures sodomie de ma vie vient faire déferler en moi un chapelet d’émotions fortes et diverses et je pleure comme une enfant, la tête dans les oreillers et le cul plein de l’ardeur de mon Maître qui finit avec application sa percée en moi. Je le sens se vider complètement dans une jouissance forte et libératrice.

Une fois remise de mes émotions et suffisamment câlinée pour que je me sente à l’apogée du bonheur, Nous mettons nos maillot de bain et allons explorer les méandres de l’hôtel. Les parties d’eau son derrière le bar. Une toute petite asiatique nous indique le chemin et je découvre enfin la piscine avec sa cascade d’eau: le bonheur !!!

Il n’y a personne c’est une aubaine fantastique. Après nous être délestés de nos affaires dans un vestiaire, nous prenons possession du bassin et nous nous laissons aller a la magie de l’eau. Nos corps se frôlent et se touchent dans un ballet érotico-aquatique des plus agréable. La cascade d’eau nous masse tout le corps quand une fois, las de nager, nous nous réfugions dans un des coins du bassin, nous découvrons qu’il possède des jets subaquatiques très puissants.

Un de ceux ci me masse les fesses à grand coup de bouillons effervescents. Une idée germe alors dans mon esprit coquin et je me retourne doucement écartant mon maillot de bain avec deux doigts. Vient alors s’abattre sur mon clitoris, déjà bien échauffé par nos ebats antérieurs, un jet puissant et galvanisateur qui m’envoie directement vers l’Eden du plaisir sexuel. Que c’est bon !!!! Je ne veux plus quitter ma place et lorsque mon Maître découvre mon subterfuge, il m’oblige a y rester bien plus longtemps que cela est normalement supportable.

Cela le fait bander a n’en pas douter et j’aime bien cette idée et pour ne pas que je me recule, il vient se coller à mon dos plaquant contre mes fesses ma future récompense pour bonne conduite.

Je suis tellement excitée que je demande si nous pouvons faire un hammam. Les vertus de la chaleur humide ne sont plus à vanter, et puis moi ça m’excite encore plus, j’aime les corps nus qui dégoulinent de sueur et d’eau. Nous voici donc devant le hammam. Je découvre que celui-ci n’est pas mixte et que je suis en infraction des règles de bonne tenue depuis le début.

A que cela ne tienne, j’attire mon Maître dans la vapeur d’eau et je l’informe que je veux le sucer. Je suis excitée par l’endroit mais aussi par la situation. Nous pourrions nous faire prendre et j’aime beaucoup cette idée alors quand il baisse son maillot de bain, je l’engloutis de toutes mes forces mettant du coeur à l’ouvrage. Je l’avale avec envie, il est dur et vigoureux et je me régale de cet instant unique. Je bave d’envie et ma bouche et ma langue travaillent ensemble pour satisfaire au mieux mon Maître qui commence à avoir chaud. Je pourrais continuer des heures mais nous entendons du bruit dans le vestiaire et je dois arrêter à mon plus grand regret.

Mais j’ai fait naître encore une fois le désir et nous nous éclipsons en peignoir vers notre chambre pour finir en beauté ce que nous venons de commencer.

Les jeux d’eau sont sans nul doute mes préférés et je vous les recommande vivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.