Travail d'auteur

Le goût de son sperme

gout du sperme

Dans le silence du petit matin qui s’éveille, il est raide et gonflé. Sa queue transpire, elle est couverte de cette rosée intime des lendemains de nuit de baise intense. Elle brille délicatement formant déjà un petit amas qui deviendra bientôt une goutte de désir. Peut être rêve t-il de nos deux corps qui savent s’aimer en s’emboîtant parfaitement. Il bouge doucement faisant miroiter son grain de peau que j’aime tant.

Je voudrais être la gardienne de ses rêves et de toutes ces aventures qui défilent derrière ses paupières closes. Je voudrais toucher du bout de mes doigts ses lointaines chimères.

Je bats des paupières pour m’extirper du sommeil qui me veut encore toute entière à lui. Mes yeux clairvoyants me piquent fort et je lutte pour les garder ouverts. Je ne veux pas perdre de vue le spectacle que m’offre son corps nu, au repos, emprisonné pour moitié dans la moiteur de la couette.

Il est comme une île sauvage. Je compte mentalement ses grains de peau, tous bruns. Petites presqu’îles indépendantes posées ici et là au bon vouloir de la nature. Ce corps gorgé de soleil comme un fruit mûr n’a pas de points cardinaux mais une large forêt moussue et emmêlée. Le souffle de sa respiration d’homme endormi, suffit à créer un tsunami dans cette végétation humaine , douce et soyeuse.

Comme les grands sommeliers, je goûte avec attention

Je voudrais tendre la main pour y remettre un peu d’ordre, m’enfonçant doucement dans cette jungle humaine avec désir, faisant zigzaguer ma main pour bien sentir ses poils glisser entre mes doigts. Mais j’ai peur de le réveiller, alors je me contente de fixer un point de lui et d’imaginer son goût du matin.

La goutte continue à se former, elle est désormais pleine, en voie de s’écraser le long de sa hampe, alors je tend la main et j’en recueille une partie sur le bout de mes doigts . Il gémit doucement, comme un enfant qui soupire dans son sommeil. J’aime le son qu’il produit, il est doux et attirant.

Comme les grands sommeliers, je goûte avec attention, cet élixir de vie en le faisant voyager doucement d’un bord à l’autre de l’intérieur de mes joues . Son goût salé de marin envahit ma bouche. Plaisir gustatif qui explose de saveur, mon palais est noyé sous l’excès de salive qui soudain se déverse. Je bave d’aimer son goût. Je deviens une femme fontaine dont la langue serait le point g et qui déverserait des litres sur son amant. J’avale de grandes gorgées sans être rassasiée et je demeure assoiffée de son goût d’homme qui sait ne pas se faire oublier.

Ma chatte palpite me faisant me frotter les jambes l’une contre l’autre pour ressentir plus fort encore se plaisir qui naît soudainement en moi et que j’ai besoin d’apaiser. Je me rapproche de lui, laissant courir mes doigts sur son échine mordorée, suivant ses courbes naturelles jusqu’à son entre jambe que je vois maintenant parfaitement.

Je sens l’odeur de sa rosée, douce et enivrante, faisant vibrer mon nez et la poésie de mon âme. Je m’approche un peu plus, toujours plus et ne résistant plus, du plat de ma langue râpeuse je lèche ses couilles rebondies puis sa hampe fière et vivante.

Je remonte, haletante, lapant le plus de centimètres de peau pour atteindre la rotondité de son gland décalotté. Il est le mat de son navire et je souffle dans ses voiles, le laissant au garde à vous et gémissant. Comme la tempête se levant soudainement sur une mer d’huile, je m’engouffre vers ce chemin qui ne possède pas de retour, le choisissant comme la victime sacrificielle que j’offrirais à mes envies lubriques.

La pipe du matin

Je l’enlève subitement à la douceur de son sommeil réparateur, le plongeant avec vivacité dans la réalité de ma bouche chaude et humide d’envies. Son corps se soulève telle une vague puis vient s’échouer dans le creux qu’il à  laissé dans le matelas. Il écarte les jambes comme pour m’ouvrir une voie royale, alors d’un seul élan, je plonge dans les profondeurs caverneuses de mon désir, l’engloutissant entièrement et le laissant venir s’échouer au fond de ma gorge rougissante

Puis je chahute avec une sadique expertise sa poutre dure comme le sol en marbre d’une basilique, l’écoutant me chanter les cantiques sacrés

Mécanicienne de son désir, je pompe à l’horizontale son manche avec ferveur , n’oubliant aucun endroit, bavant dessus pour mieux faire coulisser son piston.

Sa délicieuse goutte originelle, celle qui m’avait tant excité c’est transformée en torrent providentiel et je crois deviner sous mes papilles affolées les prémices d’une coulée givrée, caviar des femmes expertes.

Alors de toute la force de mes mâchoires, je donne du sens à ce que l’on appelle “la pipe du matin ” et je m’en vais chercher la coulée hivernale qui viendra tapisser ma bouche de son gout unique.

Un dernier coup de langue et les mains dans mes cheveux, il explose de toute la splendeur de cet orgasme qui le surprend dans son intimité mais qu’il accepte comme la fatalité de tous les matins qu’il passera à mes cotés.

Alors je me régale de son nectar, dégustant doucement l’onctuosité de son sperme que je fais tourner en bouche avant de l’avaler par petits gorgées, le laissant glisser le long de ma trachée dévastée par tant de saveurs marines.

Une seule pensée résiste à toutes les autres submergées par cette forte émotion. Que j’aime le goût de son sperme, je ne me lasse pas de le déguster. Je réfléchis déjà au prochain moyen à ma porté pour faire déborder le Vésuve de sa virilité.

Une réflexion au sujet de « Le goût de son sperme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.