Mon avis sur le cul

Je me suis faite encordée par Erot’Chris’Art

Quelle belle chose que de se faire encorder par un Maître en la matière. Chris en est un mais il est aussi photographe et il vient s’inscrire à mes cotés dans mon projet photographique sur la domination et la soumission.

Plusieurs photographes vont me suivre dans ce travail pour que je puisse transmettre à travers leurs objectifs ce qu’est pour moi mon statut de soumise.

Erotisme, toucher, sensualité, sensibilité, esthétisme sont les maîtres mots de ce travail que j’entame avec une joie profonde et beaucoup d’émotion.

Chris est le premier à se frotter à mon exercice. Il est présent et discret. Il travaille avec des cordes rouges qui sont sa marque de fabrique. Pas en chanvre, même si les puristes lui reprochent, il préfère la douceur et le soyeux des cordes modernes qu’il enroule avec soin autour des corps qui sont ses modèles

Je me déshabille mais je suis déjà a nue dans ma tête, je sais que je dois m’abandonner pour vivre cette aventure le mieux possible. Je sais aussi que le temps de pose est court car on en peut pas rester ad vitam eternam encordée. 

Je relâche mon corps et je le donne à Chris qui minutieusement enroule autour de mes chairs la corde rouge. Je la sens passer et repasser autour de moi, sans relâche. Elle vient mordre mes chairs qui s’enfoncent sous sa pression.

Je n’ai plus l’usage de mes bras qui sont croisées dans mon dos. J’ai très chaud, mais je respire doucement pour détendre au maximum mon corps.

La corde rouge continue a m’envelopper, dessinant sur moi tout un chemin complexe et tortueux. Bientôt je n’aurais plus l’usage de mes jambes; Chris me l’a dit, je finirais complètement attachée, n’ayant plus la liberté de mes mouvements. Seule celle qu’il voudra bien me donner existera.

Je ne dis rien, je souris intérieurement. La soumission est équivalente mais elle est mentale. La liberté n’existe que dans l’abandon et dans la capacité a faire confiance à son Maître. Ici , je lui fait confiance sinon je ne serais pas là. Je suis donc zen et plus je me sens entravée, plus je me détend.

Je sais que le résultat sera beau. La première partie de l’encordage est finie, c’est le moment de poser. De donner de soi pour magnifier le travail de l’encordeur. Je baisse la tête devant l’objectif, je veux que celui ci capture ma dévotion et ma soumission a l’exercice.

10 phots tout au plus et les liens reprennent vie. Mes jambes sont alors contraintes a prendre des plis qui ne sont pas naturels.

Viendra le tour de mes tétons et de ma langue, ils seront emprisonnés, écrasés, torturés pour donner à l’image l’esthétisme recherché.

La séance s’achève déjà, les cordes font chemin arrière, se délient et s’agrandissent, libérant mon corps opprimé et le laissant à nouveau libre de toutes entraves humaines.

Quelques marques parsèment mon corps, souvenirs éphémères de cet instant hors du temps que je viens de vivre.

 

Une réflexion au sujet de « Je me suis faite encordée par Erot’Chris’Art »

  1. Ces liens rouges, sur ta peau laiteuse sont du plus bel effet, grains de poudre de riz flottant doucement dans l’air saturé d’un silence approbateur !!! C’est divin. Tu te prêtes avec grâce à ce jeu pour ta satisfaction personnelle ainsi que pour la nôtre, merci pour ce partage de sensations!. Ô marquise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.