Notre avis sur le cul

Le triolisme et moi

Triolisme

Que l’on ose ou non en parler, nous avons tous des fantasmes. Plus ou moins avouables selon leur teneur. Parfois très secrets, ils habitent notre jardin intime et pimentent notre vie sexuelle ou tout simple, ils nous servent à nous faire du bien  les jours ou  il n’est pas possible de baiser avec la personne qu’on désire.

Moi ce que j’aime dans mes fantasmes c’est qu’ils me permettent de prendre du plaisir par anticipation. En effet, au moment même ou je commence à y songer, je rentre dans une système de plaisir dans lequel j’ai envie de plonger le plus profondément possible.

le sujet du triolisme

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de celui qui me travaille le plus et que je n’ai encore jamais mis en œuvre, tant il soulève en moi à la fois des envies mais aussi des angoisses.

Au cours de mes relations amoureuses le sujet du triolisme est souvent revenu sur le tapis et a soulever bien des discussions et des disputes. Il faut dire qu’effectivement c’est une pratique excitante, notamment si une des deux femmes est bisexuelle. Si on réfléchit bien cela ouvre pas mal de possibilités qui normalement devraient satisfaire les 3 protagonistes;

Le problème avec moi c’est que je suis très tentée de le vivre mais au fond j’ai peur de perdre la personne que j’aime.

Pourquoi me direz vous, parce que tout simplement  je pense et surement à tord, qu’il pourrait prendre plus de plaisir avec cette autre femme qu’avec moi. Et de ça , j’aurais du mal à m’en remettre.

Pourtant j’ai très envie de nous offrir ce plaisir et de donner la joie à mon amoureux de posséder deux femmes. Vous imaginez deux femmes pour lui tout seul, quel beau cadeau.

Dans le triolisme il y a plusieurs choses qui m’excitent. Tout d’abord il y a cette idée de promiscuité et de séduction. J’aime particulièrement sentir les mains de mon homme sur moi, mais je sais que j’aimerais aussi beaucoup sentir celles d’une autre femme. Une femme qui me ferait de l’effet et qui me donnerait envie de la recevoir sur moi et en moi.

La chose qui fait mouiller automatiquement ma petite culotte

Une seconde chose qui me fait mouiller automatiquement ma petite culotte, c’est l’idée de faire une pipe à deux. Il existe une imagerie pornographique qui regorge de ce genre d’images et j’avoue que j’aime bien y avoir recours mentalement pour m’exciter. Ce que j’aime c’est l’idée de ces deux bouches et langues léchant la hampe du sexe dur et tendu vers le ciel de l’homme. J’imagine le mouvement, doux et lent et les deux bouches se rejoignant sur le gland en un long baiser de langues qui s’emmêlent et de dents qui s’entrechoquent.

Hummmm, rien que de vous le raconter, j’ai des frissons tout le long de la colonne vertébrale et je vous promet que ce n’est pas le froid même si il fait particulièrement glacial aujourd’hui.

Ce qui me plaît également, c’est de m’imaginer les différentes positions que l’on pourrait prendre. Comme je suis plutôt soumise je m’imagine être possédée à la fois par mon homme et par cette femme. Ils seraient tous les deux dominants, me laissant l’unique choix que d’être leur objet sexuel. Et je trouve cette idée très bandante.

C’est bon d’imaginer, des langues dardées prêtes à m’assaillir, des mains baladeuses et des doigts pénétrants allant cueillir ma sève, mon désir et mes envies. C’est déjà si bon avec mon homme, je pense qu’avec une autre personne ça serait divin d’être sollicitée de toute part et d’en perdre le sens des réalités pour un petit instant dédié aux plaisirs.

Enfin, je rêve et je fantasme, mais je ne sais toujours pas si j’aurais le courage un jour d’accéder a ce cas de figure. Il faudrait que je me retrouve sous le charme d’une femme qui aurait autant d’aura sexuelle que mon homme. Il faudrait surtout que je me libère de mes peurs ancestrales afin d’aller vers une sexualité encore plus épanouissante que ce que je vis .

Je vous tiens au courant en tous les cas de l’avancée de cette envie.

3 réflexions au sujet de « Le triolisme et moi »

  1. Bonjour ,

    J’adore vraiment vos articles , je suis fan
    J’ai essayé le triolisme avec mon amant il n’y a pas longtemps et donc ce fut une délicieuse expérience . Mais j’avoue avoir ressenti de la jalousie quand il lui donnait du plaisir d’autant qu’il l’a fait jouir plusieurs fois .
    Je suis d’accord avec vous quand vous dites cela :
    Pourquoi me direz vous, parce que tout simplement je pense et surement à tord, qu’il pourrait prendre plus de plaisir avec cette autre femme qu’avec moi. Et de ça , j’aurais du mal à m’en remettre.

    C’est exactement mon ressenti

    La chose que j’ai adoré c’est de faire la pipe à deux ça c’était génial !!!

    Je vous souhaite de le vivre au moins une fois

    Bisous Coquins
    Bettyboop79

  2. Ah la peur que le plaisir ne supplante l’affection… Tout comme vous ma compagne est très tentée par les expériences à plusieurs et, tout comme vous, sa crainte est de me voir lui préférer une autre. C’est donc un sujet sur lequel j’ai été amené à la rassurer (d’autant plus que je ne suis pas demandeur).
    Préférer à celle qui partage ma vie le plaisir que me donnerait une autre, élude à mon sens, bien des fondements de la relation amoureuse.
    Je pourrais sans doute aimer la relation sexuelle d’un moment mais aurait-elle la même intensité, la même charge émotive que celles que j’échange avec la femme dont je connais le corps, les désirs, que je sais faire frissonner par de petites caresses judicieusement placées, que je sais friande de certains mots, qui à d’autres sonneraient comme déplacés ? Je crois que la complicité acquise par une pratique épanouie, l’échange et l’abandon à l’autre sont des atouts bien plus précieux qu’une plastique irréprochable ou un savoir faire à tout épreuve.
    Mesdames nous n’aimons pas que vos corps !
    Cette autre ne saurait être mon aimée et ne saurait satisfaire mon âme comme le fait celle qui partage ma vie. Un moment, aussi agréable soit-il, ne pourrait suffire à détourner mes sentiments.
    Finalement, ce risque m’apparaît réel seulement si un malaise plus profond et plus ancien préexiste dans le couple. L’expérience du triolisme risque alors effectivement d’être un révélateur. Je ne crois pas qu’elle puisse en elle même constituer un déclencheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.