Mon avis sur le cul

Chérie, ce soir je te prends le cul

sodomie

La sodomie, tu pratiques ou non ?

« La sodomie, tu pratiques ou non ? » me demande ma meilleure copine, au détour d’une conversation qu’on à sur nos mecs respectifs, assise dans un bar, en train de siroter une jolie boisson de toutes les couleurs. Parce que oui, messieurs, soyez sûrs d’une chose, entre filles, on est cash et trash et on se parle de nos vies sexuelles.

Vous êtes passés au crible et on s’échange des conseils, histoire d’assurer avec vous. Parce qu’on ne vous le dit pas, mais en fait on aime bien que vous soyez subjugués par nos prouesses et que vous soyez convaincus que nous sommes des déesses du cul. La fête du slip, on a envie de vous l’offrir le plus souvent possible et ça tombe bien, parce que dans ma bande de copines , nous sommes toutes convaincues que la fête du slip c’est l’avenir du couple.

« Oui, je pratique la sodomie et j’aime beaucoup ça et toi ? »lui dis je en souriant malicieusement, parce que je la connais ma copine, elle ne me demande pas cela par hasard, à mon avis elle vient de s’y mettre avec son mec et elle cherche à savoir comment je m’en sors moi avec le mien.

 

Chérie, ce soir je te prends le cul !

« Ah !! et ça occupe quel pourcentage de ta vie sexuelle ?  » me répond-elle l’air un peu gênée. Je sens qu’il y a quelque chose qui la dérange mais elle n’a pas envie de me dire quoi.

Comme je ne suis pas du genre à lâcher l’affaire, je réponds le plus innocemment possible, « oh je dirais que je pratique lors de chaque acte sexuel et que j’adore quand mon chéri me dit avec son air lubrique: « Chérie, ce soir je te prends le cul !!! »

A la façon dont elle se tortille sur sa chaise, je sais que je viens de la surprendre. Une chose est sûre, elle ne s’attendait pas à ce que je lui réponde ce genre de chose. Elle a envie de me raconter des choses mais je pense que le sujet ne la met pas très à l’aise. Et je ne suis pas très surprise car même si on nous parle de la sodomie à toutes les sauces et dans tous les magazines féminins comme l’expérience à côté de laquelle il ne faut surtout pas passer, ça reste une pratique qui n’est pas toujours courante et qui arrive souvent dans le couple comme un chantage amoureux ou une demande à sens unique.

Parce que c’est tout de même pas facile de dire à sa partenaire: « Chérie, j’ai envie de t’enculer, ton cul me fait fantasmer et j’ai envie de le posséder et de jouir dedans. » Une fois sur deux, le gars se fait mal recevoir, soit il récolte un non ferme et définitif et un regard qui laisse sous entendre qu’il est un grand psychopathe devant l’éternel. Soit sa copine lui pose tout un tas de questions bizarres qui lui font regretter d’avoir un jour émis son envie du moment.

Attention, je ne vous dis pas qu’il n’existe pas de femmes qui arrivent et qui vous disent tout de go « Vas y encule moi, j’aime ça!!! » mais ça reste tout de même pas la majorité des cas, n’est-ce pas messieurs !!! et c’est quand même vous qui abordez le sujet, comme cela, mine de rien, histoire de voir si on est réceptives ou pas à la chose.

Pour moi ce fut un peu différent, mon copain de l’époque était un fou de cul. Un jour pas comme un autre, il m’a bandé les yeux et m’a enfoncé dans le fondement, un gode à boules progressives sans me prévenir.  C’est à ce moment là que je me suis dite que moi finalement j’aurais bien aimé avoir la petite phrase d’accroche qui me demandait si je voulais bien prêter mes fesses.

Pour une première fois, ce fut très pénétrant et pas très jouissif pour le coup. Je l’ai un peu vécu comme un acte médical plutôt que comme un jeu sexuel qui pouvait me faire du bien. En y repensant, je crois que je sens encore la douleur cuisante dont je fus envahi sur le moment et je peux vous dire le nombre de boules que comportait l’engin….. ah, tous les souvenirs ne sont pas bons à faire remonter.

Heureusement, ça c’est arrangé ensuite et j’y ai pris goût au point de l’insérer automatique dans ma vie sexuelle.

Il faut dire que ça me fait vraiment jouir ce type de possession, j’aime la sensation de complète appartenance que cela m’apporte. Je suis une adepte du corps à corps fougueux et pratique une sexualité un peu punchy et mes copains sont toujours des dominants, car il n’y a que ce type de profil qui me donne envie d’être dans une relation suivie.

 

« je vais te prendre le cul, parce que c’est comme cela que je vais te baiser et t’aimer »

Avec mon amoureux  qui est mon maître adoré ça c’est imposé comme une évidence entre nous. Il ne nous a pas fallu longtemps pour comprendre que l’intensité de ce que nous vivions et ressentions passait forcément par la pratique de la sodomie. J’avais besoin de me sentir recouverte de son odeur, de sentir peser son corps sur le mien et de jouir ainsi. Recouverte, dominée, protégée. Il avait besoin de me posséder ainsi, d’affirmer sa possession sur moi et de se déverser dans mon cul pour me marquer de lui.

 Alors quand il m’a dit « je vais te prendre le cul, parce que c’est comme cela que je vais te baiser et t’aimer » mes voies naturelles se sont ouvertes toutes seules et lui ont permis de se frayer un chemin sans aucune douleur. Et ce fut à la hauteur de ce que j’espérais. Toute mon intériorité fut sollicitée à sa juste valeur, mes terminaisons nerveuses et mes capteurs de plaisirs chantaient à tue tête la marseillaise et moi de mon côté je tendais les fesses pour qu’il rentre encore plus loin et plus profondément. Il me semble même que j’ai du dire « encore » une bonne douzaine de fois.

Mais je ne me souviens plus très bien, parce que je mordais mon oreiller de plaisir pour tout vous avouer. Mon ventre était envahi par des sensations extrêmes et je ne voulais surtout pas que cela s’arrête. J’étais collante et coulante de désir et je sentais ma chatte palpiter sans discontinuer. Fesses tendues, dos cambré, je me faisais posséder comme une chienne et j’en redemandait.

Pour moi ces moments sont des instants privilégiés ou je peux m’abandonner vraiment à  la puissance toute virile de mon amoureux. Mon corps devient trés réceptif, encaissant les coups de bassin de plus en plus en plus rapide qu’il reçoit. Mon cul s’ouvre progressivement et j’aime quand mon amoureux joue à  y entrer et à sortir d’abord doucement puis de manière plus sèche et saccadée. J’aime aussi beaucoup l’accompagner en me caressant le clitoris, car cela décuple le plaisir que je ressens et ça me fait presque automatiquement squirter.

Ahhh le Squirt, une expérience fort intéressante et jouissive que je vous raconterais dans un autre billet.

Je crois qu’aujourd’hui, je ne pourrais plus me passer de la sodomie, elle me semble essentielle dans ma sexualité et dans ma montée vers la jouissance.

Voila à peu prés ce que je racontais à ma copine qui finit par m’avouer que son copain voulait passer à la vitesse supérieure mais qu’elle ne se sentait pas vraiment le cœur à lui concéder une once de son magnifique cul. Il était clair que pour lui,  le trou du cul ne serait pas sur la carte du menu avant un bon moment….. le pauvre, j’avais presque envie de le plaindre de toutes mes forces.

5 réflexions au sujet de « Chérie, ce soir je te prends le cul »

  1. Toujours au top une femme superbe ne changes pas 🙂
    Oui pas beaucoup de femmes aiment cette pratique
    L important que les deux aiment ça
    Longue vie à ton blog

  2. Hmmm la sodomie!!!
    j’ai été agréablement surpris …elle a aimé cela et elle me le réclame a demi mots quand nous faisons l’amour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.