Les Lectures de l'AristoChatte

Les curiosités érotiques et BDSM de Florence

J’ai lu pour vous un ouvrage à la fois artistique et engagé “Les curiosités érotiques et BDSM de Florence” que j’ai eu la joie de recevoir par l’auteure elle même. Un grand merci à elle d’ailleurs de m’avoir fait découvrir son travail.

C’est avec joie que je vous en fait un retour aujourd’hui, via mon billet.

 

Qui est Florence ?

Pour ne pas dénaturer quoique ce soit, je vous retranscris sa biographie officielle afin que vous puissiez avoir une idée de ce que Florence est véritablement et sur quoi elle a travaillé ou travaille actuellement

Florence est une artiste contemporaine internationale : libre, énigmatique, mystérieuse.
Diplômée de l’école supérieure d’arts appliqués de Poitiers en communication visuelle, elle est l’auteure du livre d’art contemporain : Grobert s’amuse. L’univers créatif de cette artiste, c’est une explosion de couleurs, électriques et chaleureuses, la représentation de la femme contemporaine. Son style bien à elle est reconnaissable, puissant, rock’n roll, provocateur, sensuel, plein d’énergie. Ses œuvres sont une invitation aux rêves et aux fantasmes. Plusieurs fois primée à l’international, elle est membre de la communauté GemlucArt (Monaco) et de la société académique des arts-sciences-lettres Paris. Maître académique honoraire de l’académie internationale Italia in Arte nel Mondo.”

“Les curiosités érotiques et BDSM de Florence”, c’est quoi ?

C’est avant tout un livre qui se partage entre l’écriture et les illustrations à l’encre de Chine. 1/3 de texte qui pose les termes du BDSM et 2/3 de dessins qui illustrent l’érotisme et la sexualité. Au début cela peut paraître légèrement déroutant, tant les dessins sont forts et impressionnants. On sent tout de suite que Florence pose un cadre et qu’elle à des choses à dire. Le trait est tantôt doux puis parfois très intense et on alterne au fil des pages entre ces deux sensations primaires. Ici pas de couleur mais uniquement du noir à travers l’encre de chine qui mord les pages les unes après les autres. Raconter une histoire sans mots, juste à l’aide du dessin pour expliquer, montrer et surtout faire réagir.

Si l’érotisme est bien présent, impossible de le nier, la touche de BDSM met en exergue d’autres sujets plus féministes, plus fondamentaux , vitaux même.

Quelle est la place de la femme dans la société ? Comment voit-on le désir féminin ? Qu’en est-il des envies et de la sexualité féminine ? Comment est perçu encore aujourd’hui le corps de la femme ?sont les questions qui me sont venues en tête au fur et à mesure que je tournais les pages.

Le livre nous montre qu’il ne faut jamais s’arrêter à la lecture première des choses mais qu’il faut savoir ouvrir son esprit et aller chercher ce qui se cache derrière les images. On pourrait tourner les pages sans s’arrêter mais c’est quasi impossible tant on se fait happer par la puissance du trait.

Florence semble connaître parfaitement le corps féminin et dessine des femmes dans leurs recoins les plus intimes. Les corps sont entravés, tiraillés mais pour aller toujours vers la même optique : Le plaisir. Il me semble que le BDSM ici ne sert que de toile de fond pour raconter une histoire intimiste qui est aussi peut-être aussi celle de Florence.

Les femmes dessinées semblent être débarrassées de leurs conditions d’objets et s’étalent sur le papier comme des amazones qui s’assument, pleines de désirs à assouvir. C’est beau, c’est particulier et vibrant et ça ne laisse pas de marbre, bien au contraire.

Mon avis

Le +

Je trouve ce livre très engagé et profondément féministe. Je pense que Florence a voulu dépasser les carcans sociaux et les idées très téléphonées que nous avons tendance à nous faire sur les choses qui nous entourent. Si le BDSM est une toile de fond, il est utilisé ici pour traiter de sujets plus sérieux qui nous touchent toutes. Quand vous tournez les pages de ce livre vous ne pouvez pas faire autrement que de vous poser des questions sur de nombreux sujets. La femme est au coeur du livre et gravite autour d’elle, la société, la féminité, le désir, la jouissance, la prostitution et le regard que l’on à en tant qu’individu. Florence nous montre à travers ses dessins comment tous ces facteurs s’imbriquent entre eux. On ne peut pas rester insensible face à ce livre et je trouve que c’est une très bonne chose pour ma part. Vive les livres engagés qui ont ce pouvoir merveilleux de faire réfléchir les lecteurs et lectrices.

Le –

Je regrette juste qu’il n’y ai pas plus de parties écrites, j’aurais aimé en lire plus pour ma part car j’ai aimé la qualité de ce qui était rédigé dans ce livre. Cependant je pense que cette structuration est voulue et intelligente.

Je vous conseille ce livre si vous aimez les illustrations, si vous êtes tournés vers le BDSM et si vous n’avez pas peur de réfléchir à des sujets importants.

Il est disponible en version PDF pour 1.99 euros ou en version papier aux éditions Edilivre pour 14 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.