Notre avis sur le cul

La Maîtresse n’est pas un objet mais un sujet


Ce soir je me pose une question que je retourne dans ma tête encore et encore.

Pourquoi le statut de «Maitresse de» nous fait obligatoirement tomber dans la rubrique des «objets trouvés» ?

Le statut de maîtresse est universel et ancestral et il jalonne l’histoire publique et les histoires privées depuis toujours. Très souvent décrié car allant à l’encontre des bonnes moeurs, il n’a pas souvent été traité avec bienveillance.

Notre société judéo-chrétienne n’a pas cessé de le rejeter et de faire de ces femmes, qui fréquentent des hommes mariés, des putes ou des victimes. Femmes légères, briseuses de ménages, inconscientes, salopes, ensorceleuses, elles sont coupables à tous les niveaux.

Coupables et victimes aussi, puisqu’elles sont avec des hommes qui n’ont rien à leur offrir et qui profitent de leur temps et de leurs facultés à s’attacher et à aimer. C’est bien connu d’ailleurs, la maîtresse est abusée par son amant dont elle passe le plus clair de son temps à espérer. L’amant quant à lui, déjà en possession d’une première union, présente sa maîtresse, non pas comme un second amour, mais  comme un marqueur de sa virilité puisqu’ il est capable d’assurer techniquement avec 2 femmes. (Enfin tout cela reste à vérifier tant la misère sexuelle s’installe vite au sein des couples)

J’ai beau retourner le sujet dans tous les sens, je ne vois pas une seule brèche ouverte ou l’on présente la maîtresse autrement que comme un objet. Et pour tout vous dire, cela me gêne énormément. Tout d’abord parce que cela signifie que notre société est totalement figée dans un classicisme absolu. Incapable de sortir du conformisme ambiant pour tendre vers un autre axe réflexif. Ensuite parce que personne n’a essayé de se dire que le statut de maîtresse pouvait aussi être un choix volontaire en toute connaissance de cause.

Il est certain que je ne lis jamais d’histoire ou ce sont les femmes qui font ce choix par envie ou mode de vie. Pour les plus courageuses, celles qui auraient fait cette démarche, on n’hésite pas à rappeler que ce système à des limites très vites atteignables. Or il existe des femmes, dont je fais partie, qui fréquentent des hommes mariés ou en couple en toute connaissance de cause.

Qui ne se formalisent aucunement du fait de l’existence d’une compagne et qui sont bienveillantes envers celle-ci. Parce que chaque histoire est unique, il m’a toujours semblé important de respecter le passif de l’homme sans jamais chercher à intervenir dans celui ci . Qui suis je pour faire cela ?

Je ne me sens ni une victime, ni une briseuse de couple et encore moins un objet. Juste une femme qui à des atomes crochus et sexuels avec un homme et qui recherche l’union des jouissances .

A aucun moment, de cette aventure que je vis, je ne pense être manipulée par l’homme. Même s’il fait des aller et retour dans notre relation au final, c’est lui qui vit des moments de doutes et qui se prive de bien être. Il est certain que la gymnastique à faire avec sa conscience est parfois bien difficile .

Je connais ses contraintes et je m’y plis naturellement. Car je ne suis pas là pour réclamer un impossible qui ne peut exister .

Je ne vivrais pas avec lui , il ne me dira jamais qu’il m’aime, (ce serait reconnaître que son couple ne fonctionne plus) et ne m’offrira pas ce qu’il donne déjà à celle qu’il a choisi pour l’accompagner dans la vie.

Ainsi est le statut de maîtresse. Or je ne le trouve pas vraiment diffèrent de celui de base de compagne tant on finit par vivre une routine qui est propre à toutes les formes de couples, la baise en plus évidemment.

Il est grand temps, je pense, de sortir la maîtresse de ce gigantesque gouffre dans lequel on l’a met depuis si longtemps.

Ni victime, ni soumise et encore moins objet. Elle est indéniablement le sujet qui reste détenteur de tous les pouvoirs dont celui de partir si les choses ne sont plus à son goût.

A contrario de l’amant qui aura bien du mal à quitter sa situation construite et entretenue sur la base du patriarcat. Elle peut mettre fin à tous moments à sa relation pour s’acheminer vers un ailleurs plus radieux. La maîtresse est une parenthèse enchantée dans la vie routinière masculine. N’importe quel homme un tant soit peu intelligent comprend parfaitement ce postulat et l’entretien tant que cela lui apporte un plus.

Les meilleures relations de ce type sont celles ou l’homme sait maintenir un équilibre juste et raisonné entre ses deux vie. Ni macho, ni possessif, il sait prendre le meilleur de sa maîtresse et lui offrir le sien sans cultiver les zones d’ombres.

Ne vous laissez donc pas embarquer dans le concept totalement vieillissant de la maîtresse objet. Car vous êtes à tous les niveaux le sujet, il va s’en dire .

 

5 réflexions au sujet de « La Maîtresse n’est pas un objet mais un sujet »

  1. Merci pour ce bel article dans lequel je me reconnais totalement. J’ai mis du temps a convaincre mon compagnon que j’avais choisit cette place et que je ne reclamais rien sinon son amour et son affection. La seule différence est qu’il est réellement amoureux de moi et je suis convaincue qu’il aime sa femme aussi. D’ailleurs, je préfère le savoir plutôt que d’avoir le sentiment de lui voler l’amour qu’il devrait lui donner. C’est juste différent, je me sens totalement libre et je fais tout pour que personne et surtout pas sa famille , de notre histoire qui est très belle .

  2. Tellement pertinent et vrai ! Mais pourquoi l’homme ne pourrait-il pas aimer profondément sa maîtresse ? Est-ce-qu’il n’y aurait pas un autre terme à trouver plutôt que celui-ci qui date d’une autre époque ?

  3. Réflexion intéressantes mais dont la lecture ne peut se faire qu’à travers le prisme de notre époque. La notion de plaisir sexuel dans le couple est une chose bien récente et tout à fait moderne.
    Le XIXème siècle – et notamment à Paris, capitale mondiale du vice et de la luxure – a mis en exergue cette idée que les relations sexuelles étant destinées à la procréation, le plaisir devait se trouver ailleurs que dans le foyer. Prostitués, concubines et grandes horizontales sont alors les maîtresses que les hommes peuvent payer ou entretenir. Le sexe n’était en rien l’un des ciments du couple et ces dames poussaient même leurs maris à le pratiquer auprès de celles dont c’était le commerce. Et puis les choses ont changé…
    Marthe Richard a fait fermer les maisons closes et la pudibonderie a pris le dessus sur l’hypocrisie jusqu’alors en vigueur. Mais le grand bouleversement survenu après 1946 et la Seconde Guerre Mondiale a peut-être été le début de la déstructuration de la société.
    Les limites entre les classes sociales sont devenues floues, perméables. La menace planait ainsi – pour ceux tutoyant les sommets – de se voir détrônés, rétrogradés, déchus. La maîtresse est alors apparu comme un risque supplémentaire de débauche non pas tant sexuelle que morale et sociale.
    Disparues donc les mondaines et demi-mondaines qui étaient maîtresses par choix, bien plus souveraines de leurs amants – même si soumises à leur bon vouloir – que ne le seront jamais plus les femmes ensuite.
    Impossible de s’afficher aujourd’hui ostensiblement au bras d’une concubine comme cela était communément admis à l’époque. Il fallut taire et dissimuler ces relations adultérines. Et le secret participa à la suspicion, à la condamnation. Si l’on avait pu, comme en d’autres temps, punir l’adultère par la mort…
    De là sans doute en partie le glissement du statut de la maîtresse vers celui de possession. Et la bégueulerie actuelle ne fait qu’amplifier le phénomène.
    Il reste toutefois dans nos imaginaires les images de grandes maîtresses souveraines de leurs corps et des âmes de leurs proies. Réalités historiques ou fantasmées, elles participent néanmoins de cette idée que la femme peut, elle aussi, soumettre. Mais de la à glorifier la Marquise de Merteuil de notre époque il y a un fossé à franchir qui s’élargit en nos temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.