Notre avis sur le cul

Lettre Ouverte sur ma soumission

soumise

Je suis une femme qui à le cœur tendre et l’esprit habité par la raison. Je suis de celles qui savent ce qu’elles veulent et qui n’ont pas l’intention de laisser les ombres de la vie se profiler sur elles.

La peur, le manque de confiance en soi ne font pas partie de ma vie. J’essaye d’avancer chaque jour vers la lumière qui guide mon existence et qui me donne la force de me dépasser.

Je crois en l’amour, non pas à celui des livres qui est romantique et dénué de sens à mes yeux, mais en celui qui vous fait reconnaître l’autre comme la personne qui manque à votre vie pour aller bien. Il existe des évidences dans ce domaine, il est inutile de lutter contre ou de les nier. Car elles reviennent sans cesse vous hanter.

Je n’ai pas toujours eu une vie facile et jusqu’à présent j’ai dû me battre pour obtenir ce que je désire. Je ne compte pas mon temps et je ne me penche pas sur ma fatigue, j’avance car c’est la seule autre chose qui me donne une vraie satisfaction.

Je suis cette femme que vous avez rencontré un jour et qui a accepté de devenir votre soumise. En me soumettant à vous, j’ai accepté ce que vous étiez mais je n’ai jamais imaginé me taire.

Vous êtes le Maître, cela est certain, qui serais-je pour vous retirer votre statut. Sans doute serais-je bien ingrate si je faisais cela. J’oublierais alors que c’est à vos pieds que j’aime me coucher quand vous êtes là.

Je nierais aussi le fait que vous êtes celui qui m’aide à avancer dans la vie, m’offrant la possibilité d’atteindre certains de mes rêves.

Je sais ce que vous êtes, j’en ai éprouvé l’essence, j’en ai joui et j’en ai pleuré. Je connais mes devoirs mais je connais aussi les vôtres et je ne peux accepter que vous puissiez vous en éloigner. Il me semble évident que lorsque l’on porte une charge aussi importante que la vôtre il est impossible d’y faillir.

Je vous reconnais pourtant un statut d’homme, avec ses fragilités et ses contradictions. Je suis moi même une femme, mais jamais à aucun instant je n’oublie que je suis soumise à votre personne et j’essaye de vous offrir le meilleur de moi même.

Nos vies sont remplies d’obligations classiques qui parfois nous usent et nous épuisent alors seule la sublimation de ce que nous vivons ensemble peut nous soulager de tout cela.

L’opacité que vous mettez entre nous et le rejet de ma personne que vous me faites subir lorsque des difficultés traversent votre vie sont des blessures qui me vont droit au cœur. Sans partage de ce qui fait nos joies ou nos douleurs nous ne pouvons être en communion.

Vous brisez le cercle de confiance en agissant ainsi. M’exclure de ce qui constitue votre vie est me refuser un statut humain.

Avez vous déjà compté le nombre d’heures qui nous séparent chaque mois ? Vous êtes vous déjà demandé ce qu’était la solitude d’une soumise qui doit attendre encore et encore la venue de son Maître ?

Il m’est arrivé bien souvent de vous attendre 720 heures pour être avec vous 6 heures.

La soumise, celle qui vous donne tout d’elle, est elle moins importante que cette vie que vous vivez loin d’elle. Mérite elle d’être oubliée ou ignorée quand il vous faut gérer d’autres choses ?

Je vous avouerais volontiers que mon statut n’est pas enviable, il se résume à apprendre à vivre loin de l’homme qui occupe mes pensées et qui monopolise mon désir, en espérant sa venue et en réprimant ma déception quand cela n’est pas possible.

Mes vies de femme, de mère ou bien ma vie professionnelle aussi intenses soient-elles ne peuvent à elles trois combler les désirs qui m’animent et qui doivent être satisfaits;

La masturbation est un leurre, elle ne peut occuper 90 % de ma vie sexuelle. Mon corps à besoin de ressentir et vibrer à l’unisson du vôtre. Nous ne pouvons pas fantasmer éternellement notre vie de Dominant et soumise, il faut à un moment pouvoir la vivre pleinement et la laisser s’épanouir comme on le ferait avec un jardin sauvage.

Il faut pouvoir y faire naître des fruits juteux, y voir s’emmêler les herbes folles secouées par les vents chauds. Il faut savoir donner une chance à ce qui vous rend heureux et sublime votre statut d’homme.

Cependant pour vivre cela il faut être en paix avec soi même et serein face à la vie que l’on a eu et celle que l’on a envie d’avoir;

Nous construisons chaque jour une autre facette de nous même, rajoutant certaines choses, en expurgeant d’autres; Notre vie est faite de renonciations et de créations, nous invitant à oublier le statut ancestral que la société nous impose pour nous transcender vers notre vrai MOI.

C’est pour cela qu’aujourd’hui je vous ai dit que je resterais seule, parce que je ne trouve pas le chemin que je cherche et que je pense que vous avez besoin de réfléchir à l’importance que vous donnez à votre statut de Maître.

La relation D/S doit savoir s’extirper d’une réflexion egocentrée et s’ouvrir vers une communication commune sincère et intelligente.

Je met désormais ma soumission entre parenthèses, en attendant que vous vous soyez reposé la tête comme vous me l’avez dit avant de couper toute communication avec moi, supprimant tous les moyens que nous avions pour communiquer.

 

 

9 réflexions au sujet de « Lettre Ouverte sur ma soumission »

  1. Bonjour,
    Je retrouve dans ce texte beaucoup de sentiments que j’ai pu éprouver lorsque je me sentais “oublié” par ma Maîtresse. J’espère que ce moment de pause, aussi difficile à supporter soit-il, sera utile à vous deux.
    Je vous fais part d’une citation de Sartre (Huis clos) que j’avais retrouvée justement alors que je connaissais des moments difficiles, ma Maîtresse s’étant absentée sans me donner de nouvelles:
    “L’enfer c’est pas les autres mais c’est ce qu’on attend des autres”
    Bravo pour votre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.