Nos Sexo Test

Seriez-vous prêtes à payer pour du sexe ?

Cette semaine au cours de nos discussions avec mon Maître nous avons abordé le thème du sexe payant. En effet si la prostitution est généralisée à travers le monde et que son industrie représente environ 10 milliard d’euros rien que pour la France, serions nous capables de payer un service sexuel en tant qu’individu ? Pour aller encore plus loin dans la réflexion, en tant que femme serions-nous au même titre que les hommes prêtes à payer pour avoir du sexe ?

Nous sommes dans une société de consommation ou le sexe est une obsession collective. Celle-ci exige que nous ne nous privions de rien, pas d’avantage de l’orgasme ni du reste quelque soit notre genre. Alors pourquoi le sexe et sa marchandisation sont-ils tellement stigmatisés dans notre société ou tout se vend et tout s’achète ?

Françoise Giroud disait que la prostitution était un phénomène masculin à une époque ou il était inconcevable que les femmes s’y adonnent en tant que clientes. Frédéric Dard quant à lui, écrivait dans une de ses oeuvres que “la prostitution marcherait moins bien si les hommes n’avaient pas besoin de se confier à tout prix”. La prostitution était donc vu universellement comme une activité qui ne s’adressait qu’aux hommes, faite pour les besoins des hommes et qui ne drainait que des demandes masculines. Comme tous ces gens se trompaient.

La figure du Gigolo est pourtant bien présente dans notre culture cinématographique et dans notre inconscient collectif et ce depuis de nombreuses années (William Holden dans ” Sunset Boulevard” (1950)qui profite des faveurs d’une vieille star recluse chez elle, John Voight dans “Macadam Cow-Boy” (1969) jeune cow-boy bien monté qui découvre que faire la pute n’est pas si facile que cela ou David Bowie dans “Gigolo”(1979) qui se tape une Marléne Dietrich en fin de carrière ), mais presque toujours assimilée à un commerce conçu pour de vieilles femmes qui se payent les services de jeunes hommes beaux et endurants. Autant vous dire que c’est loin d’envoyer du glamour et du sexy et que ça contribue à rabaisser les femmes dans leur volonté de faire vivre leur désir sexuel. En effet dire que l’on a recours à des relations tarifées blesse le narcissisme et sous entend que la femme n’a plus les moyens naturels de séduire un homme.

Pourtant si nous savons que la prostitution est majoritairement exercée par les femmes et consommée par les hommes quand est t-il de la prostitution des hommes pour les femmes ? Elle représente aujourd’hui 10 % du marché actuel et se multiplie à vitesse éclair. De plus en plus d’hommes louent leurs corps à des femmes qui veulent du sexe pour du sexe et qui l’assument très bien.

En 5 ans le nombre d’Escorts Boys à triplé a tel point qu’aujourd’hui vous pouvez trouver des Escorts dans toutes les grandes villes du monde grâce au net. Plus besoin de demander “c’est combien ?” ni d’aller fréquenter des bars à gigolos, il suffit de prendre rendez -vous dans le cyberespace, échanger des textos, mails et se mettre d’accord sur le tarif et la prestation. Le mot Escort Boy est tapé environ 12 000 fois par mois dans google ce qui tend bien à prouver que le statut se démocratise. Mais qui sont-ils tous ces hommes qui ont décidé un jour de vendre leurs corps à des femmes ?

Ils n’existe pas de profil type d‘Escorts Boys. Ils se définissent comme hommes de compagnie, coach sexuel ou accompagnateurs, ils rendent seulement la vie plus belle aux femmes. Ils sont issus pour la plupart des classes moyennes de type supérieures. Ils n’ont pas de problèmes familiaux, ne sont pas en rupture sociale. Ils ont souvent un travail intéressant à coté, des amis, une compagne ou sont étudiants. Ils font cela par choix et pas forcement uniquement pour l’argent même si celui-ci est un complément intéressant.

Ces jeunes hommes mettent donc volontairement leurs corps en location et sélectionnent rigoureusement leurs clientes n’hésitant pas parfois à les faire attendre plusieurs mois. Ils basent leur sélection sur les points communs, le choix de vie, les goûts littéraires qu’ils peuvent avoir avec leurs clientes. Ils vivent la rencontre comme une aventure leur permettant de jouer des rôles toujours différents et de se frotter à des mondes qui ne sont pas les leurs.

Ils prennent entre 15 et 20 clientes par mois avec un tarif horaire allant de 150 euros à 300 euros de l’heure. Ils vont au restaurant, au cinéma, à l’opéra, à des meetings avec leurs clientes et assouvissent les fantasmes de celles-ci.

Et les femmes dans tout cela, pourquoi veulent-elles coucher avec des Escorts Boys ? On pourrait croire à priori que ce sont des femmes qui ont du mal à trouver un homme dans la vie mais nous ferions forcément fausse route. Même si, comme le dit si bien Elisa Brune dans “la révolution sexuelle”, il existe une interdiction culturelle faite à la femme d’avoir du désir car pour elle le sexe doit aller avec les sentiments. De plus en plus de femmes se libèrent et optent pour ce choix sans honte. Elles vont même jusqu’à recommander l’Escort à leurs copines si elles en sont satisfaites.

Chefs d’entreprises, avocates ou mères de famille en rupture de désir avec leurs maris, elles veulent un chevalier servant, cultivé qui saura leur apporter la réalisation de leurs fantasmes. Elles ont entre 30 et 55 ans, savent exactement ce qu’elles veulent et font appel aux Escorts dés qu’elles ont envie de passer du bon temps. Si le tabou de la femme active qui à une vie sexuelle libérée est toujours tenace, ici rien de tel n’est jamais soulevé, tout est parfaitement assumé jusque dans le plaisir qui est pris. Certaines attendent même que leurs maris soient en déplacements ou avec leurs maîtresses pour s’offrir des heures de plaisirs sans tabous.

Alors vous aussi seriez-vous prêtes à vous lancer dans cette aventure en toute décontraction ? C’est la question que je me suis posée de mon côté. Je pense que je pourrais mécaniquement coucher avec un Escort sans me poser de questions morales et en acceptant tout à fait le fait que ce n’est qu’une relation sexuelle sans attachement. Cependant je pense que je le vivrais plus comme une expérience unique ou comme un fantasme que je réaliserais avec mon Maître.

Pour tout vous avouer, le moment ou ma conscience commence à me picoter est lié au fait que la relation est rémunérée donc basée sur un acte commercial. Ce n’est pas donner de l’argent en soi qui me gêne mais ce qu’implique le fait de donner de l’argent pour du sexe. L’Escort se retrouve donc tenu de me fournir une prestation de qualité, en tous les cas suffisamment, pour que je sois satisfaite. Déjà je me sens tout de suite moins à l’aise avec ce point .

Je ne doute pas du fait que l’Escort remplirai parfaitement sont rôle mais je ne pourrais pas m’empêcher de penser que c’est son travail et non pas une relation charnelle basée sur le désir réciproque. Coucher avec un Escort que l’on paye est sans doute une façon de prendre totalement le contrôle de la relation sexuelle et de s’y abandonner sans se sentir obligée de fournir à l’autre une prestation satisfaisante ni s’enquérir de ses besoins. Or il est évident qu’aujourd’hui notre sexualité est conditionnée par un certain cadre de normes, de ressentis et d’obligations que l’on s’imposent et que l’escorting fait forcement tomber. Exit l’obligation de se sentir sexy, performante, excitante pour le partenaire sexuel, ici on peut être rien sans que cela soit gênant dans la mesure ou l’on paye. Prendre le contrôle à ce point sur un acte intime qui est sensé apporter du plaisir me laisse désorientée.

Payer un service sexuel c’est prendre le pouvoir sur l’autre, c’est s’autoriser à kidnapper son libre arbitre pour lui imposer nos désirs qui ne correspondent pas forcément au sien. C’est mettre l’autre en esclavage et je ne pense pas être capable d’imposer cela à l’autre ni de le vivre moralement.

Me dire que demain on commandera un mec comme on commande des sushis, qu’on le consommera puis on le jettera sans états d’âmes pour satisfaire notre propre désir sexuel me semble être à l’opposé de ma vision de ma vie sexuelle.

Et vous que feriez-vous ? avez-vous déjà utilisé les services d’un Escort Boy ou tout simplement payé un homme pour du sexe ? n’hésitez pas à me laisser votre avis ou expérience en commentaire.

Quelques sites d’Escorting que j’ai visité pour écrire mon article :

  • Vince 4 Ladies, un Escort Boy belge qui voyage beaucoup et qui parle quatre langues.
  • A man in box, une agence dédiée à l’accompagnement pour femmes exigeantes.
  • Le site Sasagite ou les Escorts Boys peuvent déposer leurs annonces.

J’ai également lu quelques articles de presse et vu une des dernières vidéos de Solange te parle qui a testé les services d’un Escort Boy et qui fait réagir la toile.

2 réflexions au sujet de « Seriez-vous prêtes à payer pour du sexe ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.