SOS, Le Dirty talking est en voie de disparition

dirty

Cette semaine, j’ai lu de nombreux articles sur le “Dirty talking” (L’art de dire des choses salaces à son/sa partenaire lors des rapports sexuels), j’avais hâte de découvrir ce que la société en pensait à travers les médias et je me suis retrouvée un peu déçue par  l’ensemble de mes lectures.

Tout d’abord, j’ai pu constater que très majoritairement, le Dirty Talking était attribué aux hommes. L’égalité des sexes tant revendiquée dans tous les domaines était étrangement absente de celui-ci. De nombreux articles disaient même que c’était une pratique masculine très répandue mais pas forcément très bien maîtrisée par ceux ci.

Cela commençait bien, non seulement les hommes étaient catalogués comme utilisateurs d’un langage pornographique inadapté à la sexualité quotidienne et en plus visiblement, ils passaient pour la plupart pour des gros lourdingues.

Ensuite en creusant un peu plus en avant, je me suis rendu compte que le Dirty Talking qui est censé être la marque d’une excitation intense et non contrôlée était en fait codifié. Non vous ne rêvez pas, il existe sur la toile de nombreux mode-d’emploi pour vous apprendre à parler salement, il y a même des cours possibles !!!! Vive la société moderne qui sait à peu prés tout vendre.

Damned !!! A en croire les nombreux articles que j’ai lu, presque tous écrit par des femmes d’ailleurs, il ne fallait pas non plus dépasser certaines limites du langage courant pour ne pas choquer la partenaire.

La charte était simple et claire, il fallait rester poli et cohérent, ne pas utiliser certains adjectifs qualificatifs qui pourraient être vexants ou discriminatoires, ne pas rabaisser la femme dans sa fonction première et glisser des compliments au milieux des mots autorisés par la bienséance.

Etaient donc indésirables les mots suivant :”grosse, sale, petite, chienne, salope, pute, gros cul, hanches larges, défoncer, casser en deux, truie” et plein d’autres mais je vous en fais grâce

Tout cela m’a laissé perplexe tout de même, si le but du Dirty talking était de faire monter d’un cran l’excitation entre les deux partenaires, comment allaient-ils faire sans des mots qui sont explicites et lourds d’érotisme ?

A en croire les conseils donnés, et les phrases visées en exemple, un “Putain ces fesses…….pardon d’avance si je te bouscule un peu trop fort mais tu es trop belle mon cœur d’amour” étaient suffisantes pour envoyer vers le septième ciel une femme.

Et oui, vous comprenez, les femmes devaient être vigilantes avec le Dirty Talking afin de ne pas finir par être affublées d’une appellation non contrôlée ressemblant à ” J’adore te baiser ma grosse truie” totalement infamante. Alors qu’on le sait pourtant, tous et toutes depuis notre enfance, “Tout est bon dans le cochon” (Je vous laisse vous régaler avec la chanson de l’excellente Juliette)

Peu convaincue par tout ce charabia de presse féminine qui n’ose jamais aborder le sujet de front (il faut bien se l’avouer)  je me suis promenée sur les blogs masculins pour voir ce que les hommes en pensaient eux, du fameux Dirty Talking.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir que les hommes s’étaient eux aussi mis au niveau de la bienséance. il faut dire que c’est fatiguant aussi de passer toujours pour un gros cochon dés que l’on exprime un tant soit peu ce que l’on ressent. Les pauvres hommes sont décidément toujours les victimes de ce que l’on considère comme le plus pervers.

Le plus drôle dans tout cela, c’est que lorsque l’on demande l’avis des femmes sur le Dirty Talking, aucune d’entres elles ne dit le pratiquer mais elles se désolent toutes de ne pas avoir en face d’elles des hommes qui osent leur dire des mots crus. Ce sont d’ailleurs les mêmes femmes que l’on retrouvent se tortillant sur des chansons américaines totalement explicites qui parlent du Dirty Talking.

Quand Jason Derulo dit: “Vient t’asseoir sur mes cuisses car je sais exactement ce qu’il te faut bébé, parle moi salement” c’est clairement du Dirty Talk

Wynter Gordon dit quant à elle ” je veux te faire des trucs sales toute la nuit car j’aime quand tu me fais ce truc, quand tu me dis des choses sales a l’oreille”.

Il faudrait donc savoir Mesdames !!! C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue indéfiniment.

Quelle vaste fumisterie tout de même, ne trouvez vous pas ? Qu’avons nous fait de cette poésie de chambre à coucher ?

Celle que l’on se murmure ou que l’on se crie quand le désir se cristallise. Les mots réjouissent le cœur de l’homme et de la femme évidement. D’ailleurs pourquoi occulter le fait que les femmes, elles aussi disent des mots crus à leurs partenaires et aiment ça. Tout simplement parce qu’elles ont peur de perdre le respect de leurs hommes. Parler cru pour une femme, c’est “over” sexualiser des mots qui appartiennent normalement à la sphère masculine. Il y a une notion de vulgarité et une image de femme libérée que les femmes ne sont pas encore prêtes a assumer.

Les mots appartiennent à tous les sexes, il n’y a pas de hiérarchie à y mettre, ni d’interdictions. Bourrus, acerbes ou élégants, les mots sont à la source des grandes jouissances. Dans le sexe, ils sont la ponctuation des caresses, la fibre de cet amour que l’on tisse dans l’échange corporel.

J’aime dire à mon homme qu’il a une belle queue et que j’ai le souhait qu’elle me défonce. Quand il me répond que je suis ” sa grosse chienne”, je suis fière. Fière d’être celle qui suscite ce si grand désir, fière d’être la femme avec qui il peut dire ce genre de chose. Je me sens belle, désirée et inspirée et non rabaissée comme on essaye de le sous entendre partout.

Je vois vraiment le Dirty Talking comme une source d’excitation et je le met au même niveau que l’utilisation de sextoys dans le couple. Ce sont des excitants, des outils pour amplifier le désir. Ils ne sont pas obligatoires bien évidemment, mais ils viennent compléter ce qui existe déjà dans le couple.

Il est vrai que nous sommes toutes différentes mais si les mots gênent in fine c’est parce qu’ils sont simplement le reflet de ce qui est mal accepté chez  l’autre.

Il n’y a pas de vilains mot dans le désir c’est une hérésie de le croire, une bêtise humaine de gens ignorants qui ne comprennent pas ce qu’apporte “le verbe” à toute montée du désir. Fuyez tous ceux qui voudront vous obliger à dire des mots qui ne sont pas vous et qui ne correspondent pas à ce que vous ressentez.

Sauvez le Dirty Talking !!!

Default image
Iza
Web-media traitant de toutes les formes de sexualité. Testeuse de lingerie et sextoys.

2 Comments

  1. Je ne comprends pas ce type de propos, je suis un homme et dans mes relation parler crument à une femme ne m’a jamais permis de mieux la faire jouir!La poésie est est excitante!

    • Cher Monsieur,

      Ce qu’on appelle le Dirty Talking est le fait de parler érotiquement a son ou sa partenaire. Ce qui implique donc de parler à votre convenance en utilisant des mots sexy et excitants. Vous pouvez utiliser de la poésie, ce n’est pas contradictoire. si cela n’est pas du tout votre genre, je peux le comprendre , mais comprenez a votre tour que ca peut être le genre d’autres personnes pour qui c’est alors un plaisir.

      Excellente soirée à vous

Leave a Reply

More in Notre avis sur le cul
Mon corps, L’IVG, mes choix

Je n'ai pas d'obsession pour le sexe, je le vis quotidiennement comme la chose la plus naturelle du monde. j'ai...

Close