Notre avis sur le cul

Non c’est Non et ça ne sera jamais Oui !

Nous avons tous et toutes découvert la nouvelle campagne pub Choc, #NonCestNon diffusée par plusieurs médias Français sur leurs sites internet, visant à sensibiliser les hommes au harcèlement de rue. Bien que cette campagne soit moins explicite que ce que font nos homologues dans les autres pays, elle à au moins le mérite de faire parler d’elle et de poser une visibilité nationale sur la question du harcèlement que subissent les femmes. Je suis donc plutôt pour cette démarche et je suis ravie que l’on prenne enfin ce problème à bras le corps .

Alors évidemment, tous les réseaux qui comptent s’en sont emparés pour y distiller leurs avis et donner leurs “propre version” de ce qu’il aurait fallu faire pour, qu’en fait cela soit tellement mieux et plus porteur. C’est là que nous voyons que nous sommes bien en France et non dans une autre partie du monde !!! Nous ne déméritons pas notre réputation de pays le plus râleur du monde.

Ce qui m’a interpellé dans tout ce mèli-mélo d’avis contrastés, c’est plusieurs tweets d’hommes qui donnaient leurs avis sur le sujet. Selon certains d’entre eux, le slogan #NonCestNon n’avait pas vraiment de sens car en fait un NON pouvait en fait cacher un Peut-être ou voir même un OUI. Il ne fallait donc pas lâcher l’affaire et se dire que les femmes qui résistaient étaient de toute façon celles qui étaient les plus fidèles in fine.

D’autres écrivaient ouvertement que le NON chez une femme était une vraie source d’excitation et que c’était bien plus sexy de faire dire OUI à une femme qui avait initialement dit NON quitte à la harceler pour obtenir ce OUI. Le fantasme de la femme qui s’offre tout en disant NON semble encore très ancré dans notre sexualité et notre rapport au respect d’autrui et ça fait vraiment peur.

 

Je ne vous dis pas la claque que j’ai ressenti quand j’ai lu cela, comment à l’heure actuelle, avec tout ce que l’on voit et avec la libération de la parole des femmes peut-on encore penser comme cela ? Pourquoi sommes nous encore considérées comme des proies que l’on doit chasser et non comme des êtres humains possédant une volonté propre ?

En quoi la potentielle fidélité d’une femme est-elle liée à sa faculté à dire NON ? Et pourquoi certains hommes en sont encore à penser ce genre de choses totalement infondées ?

Voici ce que j’ai envie de rappeler à ce genre d’hommes, gonflés de toute la prétention du monde et essayant d’intellectualiser une notion fondamentale de respect qui est simplisme et essentielle à tous rapports humains.

Le NON à une valeur juridique

Contrairement à ce que laisserait penser notre culture hétérosexuelle, le NON à une vraie valeur Juridique et il serait temps d’en prendre véritablement conscience messieurs

Il est vrai que dans notre système français ou le droit de cuissage a été très longtemps porté haut et fort il est parfois difficile de bien comprendre la valeur du non consentement.  Notre univers à la fois culturel et littéraire nous laisse à penser que les femmes finissent toujours par céder si on les pressurise un peu. Il suffit de se promener au Louvre pour voir un monceau de tableaux qui font la promotion de la culture du viol. En effet, la sexualité semble être très souvent associée à une notion de violence, de résistance et de pouvoir du masculin sur le féminin. (voir : l’enlèvement des sabines et autres tableaux de ce genre)

Si vous n’aimez pas la peinture, le cinéma aussi est assez fort pour promouvoir cette image de la femme qui résiste pour finir par mieux se donner au mâle dominant. (Presque tous les James Bond pour ne citer qu’eux).

Les femmes nous sont présentées comme des êtres qui minaudent avant de se laisser finalement aller dans les bras des hommes, elles disent NON mais tout leur corps crie OUI. Il est donc évident pour certain que le NON est en fait un OUI déguisé et qu’il suffit simplement d’insister pour arriver à ses fins. 

C’est à ce moment là que j’ai envie de rappeler que si on tolérait cela avant, aujourd’hui on reconnait la valeur d’un NON exprimé clairement. En effet tous outrepassements du NON est automatiquement requalifié en agression sur autrui.

Le NON ne possède pas de nuances

NON  est un adverbe utilisé pour marquer son désaccord ou apporter une réponse négative à une question, qu’elle qu’elle soit” nous dit le dictionnaire Larousse.

NON est le mot le plus simple et le plus direct que l’on puisse dire pour faire comprendre qu’on ne veut pas. C’est un mot international qui existe dans toutes les langues et qui veut dire la même chose à travers le monde entier. NON est l’expression du désaccord, la personne qui le prononce montre ainsi qu’elle est opposée à ce qu’on lui dit ou lui fait. C’est aussi l’expression d’un non désir.

Il n’y a pas de nuances dans le NON, ça ne sera jamais “peut-être” ou un OUI déguisé.  Le NON n’est pas genré, il est identique chez les hommes comme chez les femmes et il veut toujours dire la même chose quelque soit le sexe de la personne qui le prononce.

Que ce soit un NON timide ou un NON très affirmé cela reste toujours un NON et aucune interprétation n’est envisageable selon le ton sur lequel il a été prononcé. Il n’y a rien a entendre d’autre dans un NON que son sens premier. Toutes les personnes qui essayent de prouver le contraire ont une attitude de non respect d’autrui et ont donc potentiellement un profil de futurs agresseurs. Oui n’ayons pas peur de dire les mots justes et légaux.

Un seul NON devrait suffire

La personne qui prononce le NON, ne devrait pas à avoir à le dire à plusieurs reprises pour se faire entendre. Le NON est fait pour mettre fin immédiatement à toutes tentatives ultérieures. C’est une fin de non recevoir et un indicateur ultra clair pour faire comprendre à autrui qu’il n’y a pas de possibilités autre que celle qui vient d’être énoncée.

Je suis toujours surprise de devoir prononcer à plusieurs reprise le mot NON pour qu’on me fiche enfin la paix. J’en suis venue à me demander pourquoi le NON féminin était-il aussi peu entendu et surtout aussi peu respecté alors qu’il n’y avait jamais de controverse sur le NON masculin.

Pourquoi les hommes insistaient-ils alors qu’on venait de leur dire un NON définitif et sans appel ? Est-ce une question d’Ego, ne veulent-ils pas perdre la face ou se sentent-ils irrésistibles ?

Certains vous diront que s’ils insistent c’est parce qu’ils sont vraiment intéressés par vous. C’est une excuse fallacieuse à mon sens car si vous avez vraiment de l’intérêt pour quelqu’un vous prenez son refus avec considération et vous évitez d’insister pour ne pas l’importuner.

Un homme m’a même dit un jour, que je devrais être flattée qu’il insiste autant auprès de moi parce qu’il y en avaient d’autres qui rêveraient d’être à ma place. Comme s’il me faisait le cadeau du siècle en me harcelant quotidiennement avec ses envies mal contenues.

Alors Messieurs, arrêtez de croire, une bonne fois pour toute, que vous nous plaisez alors qu’on vous à dit NON en vous tournant le dos. Ne revenez pas à la charge parce qu’on a été poli avec vous en vous disant “NON Merci” et que vous croyez que ça veut dire que nous ne sommes pas sûres de notre NON. On est juste bien éduquée tout simplement.

Arrêtez de vouloir continuer une conversation dont vous êtes le seul auteur alors qu’on vous a fait comprendre avec notre NON que nous n’étions pas intéressées par vous.

Les multiples NON que nous sommes obligées de vous dire ont tous la même signification, “Nous ne sommes pas intéressées par vous”

Si nous pouvons concevoir que vous tentiez votre chance, nous n’avons aucun seuil de tolérance en ce qui concerne vos cotés insistants. NON c’est toujours NON et ça restera NON, ni plus ni moins.

Le NON ne donne pas des lettres de respectabilité aux femmes

Vous Dire NON ne fait pas de nous des femmes plus fidèles ni plus attirantes que la moyenne. C’est d’une bêtise sans nom de croire ce genre de chose. Nous disons simplement NON car nous ne vous trouvons pas d’intérêt et nous ne souhaitons pas entrer dans un rapport de proximité avec vous.

Le NON ne peut pas s’enrober d’un voile de dignité ni d’excitation sexuelle, cela n’a aucun rapport. La fille qui dit OUI est aussi digne que celle qui dit NON et faire des amalgames du genre OUI est égal à Salope et NON veut dire que la fille est sérieuse relève d’une grande bêtise intellectuelle.

Il est intolérable de justifier toutes sortes de harcèlements avec ce genre d’arguments totalement en dehors de la réalité de la vie.

De nos jours, les femmes savent très bien ce qu’elles veulent et si d’aventure elles répondent positivement aux avances qu’elles reçoivent c’est qu’elles le souhaitent . C’est donc bien un choix conscient et réfléchi.

Il est urgent, je pense, dans le contexte actuel de repenser sérieusement notre façon d’éduquer la majorité des gens. Les hommes doivent recevoir une éducation autre que celle qu’ils viennent d’ingurgiter pendant des siècles et des siècles. Leurs envies ne sont pas prioritaires et il leur est tout à fait possible de contrôler leurs pulsions et d’avoir un comportement correct avec les femmes. Si Si je vous assure j’en connais plein des hommes comme cela.

Les femmes doivent sortir de l’idée que les hommes sont pleins de désirs et qu’il faut les satisfaire quitte à ne pas dire NON. Elles doivent prendre conscience qu’elles sont aussi des sujets désirants et qu’elles ont le droit et le devoir d’exprimer leurs envies. Elles ne doivent pas culpabiliser de ne pas vouloir certaines choses, elles doivent arrêter de se construire dans la peur de l’homme et apprendre à dire NON de façon ferme et irrévocable.

Ainsi nous arriverons à trouver un équilibre et une véritable égalité entre les sexes.

NB: L’image de couverture est issue du “petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire”‘ d’Irene Zeilinger 

5 réflexions au sujet de « Non c’est Non et ça ne sera jamais Oui ! »

  1. Juste pour nuancer le tweet qui t’a choquée car je peux comprendre ce qu’il veut dire même si c’est mal exprimé. Il y a 12 ans, j’ai rencontré une fille. Nous avions discuté pendant 6 mois avant sur le web, et là c’était la vraie rencontre. On a passé une (très bonne) journée ensemble, et le soir, elle m’a dit “Je pense que ça va pas le faire”. Et moi j’ai répondu, “je crois que si”. L’idée n’était pas de la forcer, juste lui exprimer qu’à la lumière de nos longues discussions, je sentais qu’on était connectés. On a appris à mieux se connaitre en vrai, et ça fait 12 ans qu’on est ensemble, on s’est mariés et on a eu un bébé. Et on est plus proches que jamais. Tout ça pour dire que le contexte peut aussi jouer. Il y a une différence entre forcer quelqu’un, le draguer lourdement, et juste miser sur un ressenti au-delà du désir basique. Non c’est non dans un contexte sexuel par exemple, mais dans un contexte amoureux c’est parfois plus compliqué.

    1. Merci pour ton témoignage, je vous souhaite de continuer encore longtemps comme cela tous les deux. Je tiens tout de même à souligner que mon article est écrit pour tous les hommes qui pensent qu’un Non est un oui déguisé et qui vont insister lourdement sans avoir comme toi construit au préalable un début de relation. Il y en a beaucoup des comme cela et les femmes le vivent souvent au quotidien alors qu’elles n’ont rien demandé et ne souhaitent pas vivre ce genre de choses. Je ne pense pas non plus que le non soit réservé uniquement au contexte sexuel comme tu le soulignes, il existe dans toutes sortes de situations, en amitié comme en amour. Je suis convaincue qu’il ne faut pas le sous estimer non plus parce qu’on est amoureux, le Non signifie un non désir et il est important de l’entendre et de le respecter.

  2. ] féminin et à la sexualité. L’idée de ce livre, Sexpowerment est de raconter comment j’ai mis quinze ans à me débarrasser des injonctions sociétales sur le sexe et sur le plaisir féminin, des stéréotypes que j’avais entendu ou lu dans les magazines sur l’orgasme et la sexualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.