A lire sur le cul

« Sex in the Kitchen » d’Octavie Delvaux

Sex in the Kitchen

Cette semaine, j’ai relu pour vous, le premier roman érotique d’Octavie Delvaux  » Sex in the kitchen », publié aux Editions la Musardine . A mi chemin entre le roman totalement girly et le mom porn, il met en scène trois copines parisiennes, totalement obsédées par le sexe, les hommes et le plaisir qu’elles vont en retirer.

Octavie Delvaux, est une jeune écrivaine que je connais bien puisque j’ai eu la chance de travailler sur des spectacles burlesques avec elle. Pendant que je me dénudais sur de la musique sensuelle, elle lisait des extraits de son roman, faisant saliver le public avec ses mots crus et bien placés. Il n’y a rien de plus agréable que d’entendre parler de cul surtout quand la voix est enjôleuse et porteuse d’un érotisme assumé.

Il faut dire qu‘Octavie a de la poigne. Intelligente et disciplinée, c’est une femme qui avec sa plume acérée et incisive, nous fait comprendre qui commande et dirige les hommes dans la vie : Elle.

Dans son roman il en va de même, ce sont les femmes qui ont le pouvoir et qui compte bien le garder. En positionnant ses trois personnages principaux dés les premières pages du livre, elle créée une intimité réelle avec ses lecteurs et lectrices et capte leur attention jusqu’à la dernière page.

Trois femmes, trois univers différents et l’amitié comme dénominateur commun. Octavie avoue volontiers qu’elle s’est inspirée de ses meilleures amies pour créer ses personnages principaux et qu’elle a pris du plaisir à brosser ces portraits, avec toute la saveur qu’elle sait mettre dans les dialogues , pour les rendre plus réels.

Ainsi nous faisons connaissance avec :

Charlotte, la romantique créatrice de plats culinaires sophistiqués est une femme au clitoris sensible et aux envies multiples. Elle ne passe pas une journée sans penser au cul mais elle est toujours à la recherche du grand amour, celui qui saura la faire jouir , jour après jour, sans jamais se lasser .

Morgane est son antithèse, branchée, un peu folle et en perpétuelle recherche d’elle même, elle enchaîne les mecs comme elle enchaîne les boulots et les looks, se posant toujours la question de savoir si elle colle au temps dans lequel elle vit. Épuisante mais sincère, elle va chercher le plaisir ou il se trouve sans se poser trop de questions inutiles et sclérosantes

Déborah est la maîtresse femme du groupe, orthophoniste de son état, elle est surtout une Domina reconnue et respectée sur la place parisienne. Experte es Sodomie, elle malmène les hommes n’ayant aucun respect réel pour leurs soumissions ni leurs volontés de la servir. Elle organise des partouzes de soumis chez elle qu’elle encule avec de gros engins car c’est comme cela selon elle que l’on « fidélise ses soumis ». Elle se fait servir par un de ses soumis, qu’elle à déguisé en femme et qui porte le charmant prénom de « poupette »

Adeptes du sexe et des jeux pervers, les trois amies parlent de cul avec des mots crus, évoquant leurs envies de se faire enculer ou bousculées et de prendre du plaisir dés qu’il se présente en tachant tout de même de préserver leurs cœurs fragiles de femmes qui rêvent à l’amour et qui comptent bien le trouver .

Comme vous pouvez l’imaginer, il leur arrivera toute une foule de péripéties qui les conduiront à faire de nouvelles expériences pas toujours réussies mais toujours tournées vers le cul.

En ce qui me concerne, j’ai bien aimé le livre que j’ai dévoré aussi vite la seconde fois que la première, j’ai surtout bien ri et me suis beaucoup amusée à travers les aventures cochonnes et déjantées des trois filles. Je vous conseille donc de le lire et de vous en faire vous même votre idée, mais je suis quasi sûre que, comme moi, vous prendrez beaucoup de plaisir à lire ce roman bien écrit et fort distrayant .

A bientôt pour vous faire découvrir d’autres ouvrages érotiques palpitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.